Du Lin ! What ?

Nous nous sommes engagés à rechercher en permanence de nouvelles matières répondant aux stricts critères écologiques que nous nous sommes fixés.

Le lin en fait partie et nous travaille depuis longtemps.

Pour quelles raisons ?

Le lin serait une des premières espèces cultivées.

Des fibres de lin torsadées et tintées datant de plus de 36.000 années ont été trouvées dans la grotte de Dzudzuana en Géorgie (1).

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, une production très réputée de toiles de lin dites « bretonnes » se développe dans le périmètre Saint-Brieuc – Corlay – Pontivy – Moncontour. C’est chez nous !

Ça, c’est le côté historico-culturel déjà très sympa.

Le nom latin et scientifique Linum usitatissimum ou « lin utile » fait écho à la relation que la plante entretient avec le sol, la biodiversité et avec ces femmes et ces hommes qui le cultivent, permettent sa transformation et aussi aiment à porter cette matière noble.

L’empreinte écologique du lin européen semble sans appel (2) :

  • 1 hectare de lin = 3,7 t de CO2 retenues par an
  • 90 000 ha de lin cultivés en E.U
  • 342 000 tonnes d’émissions de gaz à effet de serre CO2 évitées chaque année en Europe
  • 38 000 tonnes d’équivalent pétrole économisées par an
  • 300 tonnes de produits phytosanitaires économisées par an
  • 650 millions de m3 d’eau seraient consommés si les cultures de lin étaient remplacées par la culture du coton

Le lin par sa nature, son impact et sans même le label suprême de biologique coche donc beaucoup de cases.

0,4% (3) du textile mondial seulement, et oui seulement…

85% de la production mondiale est européenne. Yes !

On doit donc pouvoir faire quelque chose non ?

Différentes matières en lin européen viendront enrichir notre gamme sous peu.

Sources :

(1)https://science.sciencemag.org/content/328/5986/1634.2

(2)CELC MASTERS OF LINEN

(3)https://www.lesechos.fr/pme-regions/normandie/le-lin-europeen-pret-a-rencontrer-la-demande-asiatique-1171496